Bienvenue sur le site web de notre projet !

Le douanier qui fait son miel du secret des autres est un bout de fil barbelé. Sans ce bout, sans ce petit bout torsadé, il n'y a pas de grillage.
Tout se tient, tout fait corps dans le corps immense qui nous lie. Le douanier est en nous, obscur résidu de notre large obscurité.
Chaque être humain est un bout de chair palpitant de notre humanité.
- Frédéric Pajak

Sur nos routes nous rencontrons peu de coureur-se-s. Les chemins que nous empruntons sont parallèles à ceux de l'exil franchis par des milliers de personnes chassés de leurs terres. À travers champs, montagnes, villages et nationales nous observons la vie. Avec nos yeux nous observons la beauté du paysage, les embûches de parcours. Avec nos jambes nous traçons nos envie dans des foulées libres. Les sourires nous accompagnent dans l'effort. Les arrivées et les départs sur le parcours sont chargés d'un réconfort serein. Les vibrations heureuses d'un pays ne nous empêchent pas de courir dans tous les sens derrière l'étroite issue qu'offrent nations unies et territoires européens. Nos corps rassasiés gravitent dans l'espace confiné de l'Europe. Le goût amer de ses frontières traverse nos journées. Quand nous rythmons la successions de nos soirées de campement en campement à la recherche d'eau, nos ami-e-s, fuyant leurs pays engloutis, sont ballottés de camp en camp dans l'attente d'une autorisation de libre circulation.

Qu'avons nous de plus?

À la première frontière traversée la réponse est claire : des papiers estampillés européens.

Que faire de notre unité? Sonner en décomposant les mots : heure hope - temps de l'espoir/leurre hope - espoir trompé.

Les mots et leurs sens cachés ne nous appartiennent pas. L'Europe joint et ferme, chante et enferme, dépense et ruine, nomme et catégorise. Les vies y sont labellisées. Nos droits de passage nous les devons à ceux et celles qui ne passent pas.

Depuis quelques jours nous habitons cet espace à la géométrie liberticide où s'accumulent dans les impasses du paysages des semelles usées, des rêves mobiles, des voix remplies de musique.

Les pays sont kilomètres, visions de l'exode que nous traversons dans la fusion de nos différences, de nos résistances. Front contre front - au delà des frontières - nos rencontres sont des instants de vies figés dans l'alarme de ce présent insoutenable. À notre manière nous proposons un main dans la main pour ne rien oublier et continuer ensemble, déterminé à se battre pour des vies choisies et libres où le "ici" et le "là-bas" n'ont plus d'importance.